Burundi Transparence, c'est l'actualité en continue.
Accueil                     Précedente                     Suivante                 Archives

 

 

 Actualités

Jésus serait en Sibérie et au Burundi ce sera pour bientôt
 Le 20 septembre 09

(Voir en bas la photo du président Nkurunziza entrain de laver les pieds des citoyens)

Sergei Anatolyevitch Torop
Jésus a une adresse postale, un téléphone, un site Internet... Et aux dernières nouvelles, pour sa seconde venue, il n’aurait pas opté pour le soleil ardent d'Israël mais pour la vaste étendue désertique et le froid polaire de Sibérie. Le journaliste américain, du Washington Post, s'est intéressé à un étrange personnage barbu de 46 ans qui affirme être une réincarnation de Jésus-Christ en personne.

Aujourd'hui, cet homme répondant au nom de Sergei Anatolyevitch Torop, est le leader spirituel de plus de 5000 fidèles totalement dévoués, parmi eux des intellectuels russes, artistes et certains politiciens qui convergent dans son village de Petropavlovka pour l’adorer. Des milliers de nouveaux groupes religieux se sont formés ces dernières années aux quatre coins du monde.

L’Eglise fondée par cet ancien policier sibérien (roulage dans la ville de Minoussinsk service de nuit), est l'Eglise du Dernier Testament l'une des nouvelles communautés qui connaît le plus grand succès en Russie. Pour nombre d'experts, cet attrait est la conséquence d'un rejet massif pour les religions traditionnelles.

Sergei Torop habite à 3200 km de Moscou. Régulièrement, il descend du haut de sa montagne pour aller à la rencontre de ses fidèles. Ces derniers s'inclinent alors devant lui et l'adorent. Selon ses commandements, la viande, l'alcool, les drogues et la cigarette sont fortement déconseillés. En outre, les fidèles sont invités à respecter un régime strictement végétarien. Son enseignement met également l'emphase sur le respect de l'environnement, un thème très à la mode. Auteur du livre "Dernier Testament", publié en neuf volumes, Sergei Torop propose en tout 61 commandements. Parmi eux, on peut trouver : "Sois pur dans tes pensées", "Fais de bonnes actions au-delà de toute mesure", "Ne détruis rien sans raison"...etc.

Torop est né de nouveau (Born Again) entant que Jésus en 1991 après avoir senti qu’il est l’enfant de Dieu. Il a dit que subitement, il a eu une révélation qu’il est Jésus qui devrait retourner sur terre après 2000 ans qu’il a été crucifié.

Il a aussi ajouté que Dieu lui a envoyé sur terre pour enseigner des méfaits de la guerre et des effets néfastes de la pollution causée par l’homme.

   


Plus de 300 de ses adeptes ont construit des cabanes autour de son Eglise pour avoir la facilité de l’adorer et surtout de le voir et le toucher.
Plusieurs milliers de ses autres adeptes ont migrés vers des villages voisins et sont prêts à affrontés le froid sibérien, l’essentiel, pour eux, est qu’ils seront à côté de leur "messie".

Sur une colline qui se trouve dans ce village, il se trouve une cloche qui sonne trois fois par jour pour signaler à ses adeptes le temps de laisser le travail et s’agenouiller pour la prière.

Ce Jésus de la Russie passe beaucoup de temps à dessiner dans sa maison avec son épouse et ses six enfants. Un de ses enfants est parmi ses adeptes et s’est donné pour aider son père.

Jésus est une marque

   


Ses fidèles sont persuadés qu'il est la seconde incarnation du Christ, comme en témoignent les propos de Lyuba Derbina, une femme de 44 ans, qui déclare pour le Washington Post : "Quand je l'ai vu, mon cœur me disait : C'est lui, c'est le docteur que j'ai attendu toute ma vie. Oui, je crois qu'il est Jésus-Christ. Je le sais comme je sais que je respire". Galina Oshepkova en est tout autant persuadée : "J'ai senti mon cœur battre à toute allure et j'ai su. C'est la vérité, c'est Lui. Il est la seconde incarnation de Jésus-Christ». Comme la plupart des 5000 fidèles, Galina Oshepkova a tout abandonné. Elle a remis son appartement et toutes ses possessions à ses deux fils pour immigrer en Sibérie et se rapprocher de Sergei.

Alexander Dvorkin, l'un des plus grands spécialistes russes concernant les nouvelles religions décrit Sergei Torop comme un "leader charismatique exploitant des fidèles vulnérables". Des anciens adeptes s'insurgent également contre ce faux Christ. Maria Karpinskaya, 55 ans, a fait la connaissance de Sergei Torop en 1992. Dévouée pendant trois ans, elle ouvre les yeux et se met à dénoncer l'usurpateur : "Il revendique l'identité de Jésus uniquement pour des gains personnels, il ne croit pas réellement qu'il est le Christ, il est simplement un manipulateur. Pour lui, Jésus est une marque". Une marque très en vogue.

Quoi qu'il en soit, ce nouveau Christ est bien différent de celui de la Bible. Sur le plan familial tout d'abord, Sergei Torop est marié et père de six enfants. Côté sanctification, son site Internet propose un calendrier 2007 où l'image représente une femme nue aux côtés d'une licorne. Quant à son histoire, elle est complètement rocambolesque. Il raconte que lorsqu'il effectuait des patrouilles de nuit, en tant que policier, il était attiré par les étoiles. "Je sentais clairement que les étoiles étaient ma maison", affirme-t-il. Et c'est à l'âge de 29 ans qu'il prétend avoir pris conscience de sa nature divine. Il explique à qui veut le croire : "J'ai compris que Dieu m'a commandité sur Terre, parce que la haine, la guerre et la dégradation de l'environnement sont devenues trop importantes". Et le Très-haut lui aurait confié : "Pour faire, ce que je suis appelé à faire, j'ai besoin d'avoir un corps humain. C'est la première fois que j'avais besoin de cela depuis 2000 ans, car la situation est critique".

Ces dernières années, ce Jésus a beaucoup voyagé dans les pays européens comme la France, Italie et la Hollande pour baptiser ses nouveaux adeptes.
Ce Jésus de la Russie a l’habitude de déclarer que son Eglise n’a aucune entrée et ne demande pas l’aumône et ses voyages en Europe sont pris en charge par ceux qui l’invitent.

Plus grand que Jésus

Originaire de Corée du Nord mais résidant aux Etats-Unis, le Révérend Moon est plus célèbre encore. Fondateur de l'Eglise de l'unification, il s'accapare le rôle du second messie venu sur Terre pour compléter l'œuvre inachevée de Jésus-Christ. Sa prétention est telle qu'il affirme être le seul à pouvoir interpréter le message biblique déformé à travers les siècles. La finalité de sa mission serait l'établissement du royaume de Dieu sur Terre. Le 14 juin 1976, dans une interview, il déclare : "A l'âge de seize ans, j'ai rencontré Jésus-Christ dans la campagne coréenne. Depuis cette rencontre particulière, j'ai toujours été en constante communication avec le Dieu vivant et les saints, y compris Jésus. Dieu m'a destiné ou m'a choisi... Nous sommes à une époque messianique. Il y a deux mille ans, Jésus-Christ ne dit jamais lui-même qu'il est le Messie, sachant que cela ne servirait pas son but. Je ne dis pas : je suis le Messie. J'accomplis fidèlement les instructions de Dieu". Il convainc ses fidèles qu'il est le seul espoir pour l'Humanité, et qu'il est plus grand que Jésus-Christ. Agé de 87 ans, son mouvement pourrait s’affaiblir dans les prochaines années. La relève messianique est malgré tout assurée !

Au Burundi

Nkurunziza a aussi lavé les pieds Jésus Christ a lavé les pieds


Le président Nkurunziza a lavé les pieds de la population du village de Muyange dans la province de Bubanza pour montrer son humilité. Cet acte a été aussi posé par Jésus-Christ au cours du dernier repas avec ses disciples avant la fête de Pâque.

Le président Nkurunziza a toujours dit au burundais qu’il a été choisit par Dieu pour diriger le Burundi oubliant que c’est grâce à la Démocratie qu’il occupe ce fauteuil présidentiel. Il nous a aussi toujours dit qu’il a l’habitude de causer avec Dieu. Mais vu la haine que ce fils de Mwumba voue à ses opposants politiques il y a lieu de se demander de quel Dieu le président Nkurunziza a l’habitude de nous parler.

Cela avait amené certains élèves de la confession protestante dans la province de Kayanza à refuser son don des cahiers en arguant qu’ils ne peuvent pas utiliser des dons sataniques. Pierre Nkurunziza se dit qu’il peut prier dans n’importe quelle Eglise catholique, protestante, anglicane ...

Beaucoup de gens croient qu’il est un "Born Again" mais la plupart des évangélistes burundais nient qu’il est leur coreligionnaire.